Le sous-variant Omicron BA.2 détecté aux Territoires du Nord-Ouest

News Type: 
Public Service Announcement

Yellowknife, le 22 mars 2022 – L’administratrice en chef de la santé publique annonce que des infections de la COVID-19 causées par le sous-variant Omicron BA.2 ont été détectées dans deux régions des Territoires du Nord-Ouest. Deux cas d’infection par le sous-variant BA.2 ont été confirmés à Yellowknife et dans la région de Beaufort Delta.

À l’heure actuelle, rien n’indique que le sous-variant BA.2 cause des symptômes plus graves que le variant BA.1. Les deux sous-variants entraînent des symptômes relativement comparables, mais les chercheurs estiment que le sous-variant Omicron BA.2 est environ 30 % plus contagieux que le sous-variant Omicron BA.1. Face à cette transmissibilité accrue, les TNO doivent s’attendre soit à un déclin moins rapide du nombre d’infections à la COVID-19, soit à une augmentation du nombre de cas dans les semaines à venir. De nouveaux cas attribuables au sous-variant Omicron BA.2 devraient être confirmés dans d’autres collectivités des TNO.

L’arrivée du sous-variant BA.2 ne remet pas en question la fin de l’état d’urgence sanitaire prévue pour le 1er avril 2022. Alors que les TNO continuent d’assouplir les arrêtés de santé publique, les visiteurs et les résidents doivent continuer d’évaluer les risques pour créer des environnements qui protègent tout le monde, notamment les personnes présentant un risque élevé de complications graves. Pour assurer la protection de tous, il est important de maintenir des habitudes saines, de privilégier les rassemblements à l’extérieur, de porter un masque dans les lieux publics très fréquentés et de rester à la maison quand vous ne vous sentez pas bien ou êtes malade.

Les vaccins continuent de fournir une protection contre les nouveaux variants. Les données indiquent qu’ils offrent une protection similaire pour les sous-variants Omicron BA.1 et BA.2.  Des preuves solides démontrent que deux doses du vaccin protègent contre les hospitalisations, mais que l’immunité conférée diminue après six mois ou plus. En maintenant à jour nos vaccins et en recevant une dose de rappel, si l’on est admissible, nous optimisons notre protection contre les complications graves, en particulier pour les personnes présentant le plus grand risque.

Les échantillons d’eaux usées recueillis aux TNO restent des indicateurs fiables de la présence de la COVID-19 dans les collectivités. Les eaux usées d’Inuvik, analysées le 21 mars 2022, indiquent un niveau élevé de COVID-19 dans la collectivité.

Mention de la source

Tous les commentaires sont attribuables à la Dre Kami Kandola, administratrice en chef de la santé publique des Territoires du Nord-Ouest.

Personne-ressource pour les médias

Richard Makohoniuk
Gestionnaire des communications liées à la COVID-19
Secrétariat de coordination pour la COVID-19
Ministère de la Santé et des Services sociaux
Gouvernement des Territoires du Nord-Ouest
richard_makohoniuk@gov.nt.ca