Message d’intérêt public — Mise à jour des statistiques sur la COVID-19, 15 mars 2022

News Type: 
Public Service Announcement

Yellowknife, le 15 mars 2022 – L’administratrice en chef de la santé publique (ACSP) a publié des données identifiant les facteurs ayant une incidence sur le risque de conséquences graves sur la santé en cas d’infection à la COVID-19, y compris l’hospitalisation et le décès, aux Territoires du Nord-Ouest (TNO). Avant toute chose, il convient de noter que l’ACSP reconnaît que chaque décès causé par la COVID-19 représente une grande perte pour les familles, les amis et les collectivités aux TNO.

  • Pour comparer les résultats entre différentes données démographiques et différents variants, les résultats sont présentés sous forme de taux par 10 000 personnes et correspondent à une période précise.
  • De mars 2020 à aujourd’hui :
    • Les personnes âgées de plus de 80 ans présentaient le plus grand risque d’hospitalisation, à un taux de 322,1 pour 10 000 personnes, et de décès, à un taux de 161 pour 10 000 personnes, à la suite d’une infection à la COVID-19.
    • Il n’y a pas eu de décès chez les résidents de moins de 30 ans aux TNO.
    • Il n’y a pas eu d’hospitalisation dans la catégorie des jeunes âgés de 5 à 14 ans.
    • Le taux d’hospitalisation était près de quatre fois plus élevé chez les personnes non vaccinées que chez celles qui avaient reçu deux doses ou plus de vaccin.
    • Le taux de mortalité était plus de 3,5 fois plus élevé chez les personnes non vaccinées que chez celles qui avaient reçu deux doses ou plus de vaccin.
  • Les taux d’hospitalisation et de mortalité chez les personnes infectées par le variant Delta (présumé) sont 5,5 fois plus élevés que chez les personnes infectées par le variant Omicron (présumé).
  • Les taux d’hospitalisation et de mortalité pour l’ensemble de la population ténoise durant la vague où le variant Delta était prédominant sont 1,5 fois plus élevés que durant l’actuelle vague où le variant Omicron est prédominant. Fait important, la vague due au variant Delta a duré environ quatre mois, alors que la vague due à Omicron approche des trois mois.

*Les admissions aux soins intensifs requises sont représentées en pourcentage de toutes les hospitalisations, et non pas par 10 000 habitants.
Veuillez noter que le nombre total d’hospitalisations était de 100 au 14 mars 2022. Cinq hospitalisations dues au variant de type sauvage ou à d’autres variants ne sont pas indiquées.

La semaine dernière, les TNO ont atteint un seuil permettant à l’ACSP de fournir des renseignements supplémentaires sur les décès dus à la COVID-19, le 20e Ténois étant décédé en raison d’une infection à la COVID-19. Il ne faut surtout pas oublier qu’en raison du petit nombre de résultats, comme les décès dus à une infection au variant Omicron aux TNO, certaines analyses, comme celles permettant de déterminer le degré de protection des vaccins, ne sont pas réalisables, puisque les différences peuvent simplement être le fruit du hasard. L’ACSP s’appuie sur les examens nationaux et internationaux de l’efficacité du vaccin contre le variant Omicron et encourage tous les résidents et les médias à examiner les données fournies par le gouvernement du Canada, qui dressent un portrait d’ensemble plus fiable de certains résultats.

Au lundi 14 mars 2022, on recensait un total de 100 hospitalisations, de 29 admissions aux soins intensifs, et de 20 décès attribuables à des infections à la COVID-19.

Vague due au variant Delta

La vague attribuée au variant Delta a entraîné 57 hospitalisations, 18 admissions aux soins intensifs, et 12 décès. Le taux d’hospitalisation était 4,3 fois plus élevé chez les personnes non vaccinées que chez celles ayant reçu deux doses ou plus de vaccin. Le taux de décès était 8,7 fois plus élevé chez les personnes non vaccinées que chez celles ayant reçu deux doses ou plus de vaccin.

Vague due au variant Omicron

La vague attribuée au variant Omicron a produit beaucoup plus d’infections, mais le risque d’hospitalisation ou de décès chez les personnes infectées par ce variant était beaucoup plus faible.

La vague où le variant Omicron était prédominant a entraîné 38 hospitalisations, 9 admissions aux soins intensifs, et 8 décès, depuis le 22 décembre 2021. Le taux d’hospitalisation était semblable chez les résidents non vaccinés (9,1) et ceux ayant reçu deux doses ou plus de vaccin (8,0). Le nombre de décès était trop faible pour tirer des conclusions sur l’efficacité du vaccin dans la prévention des décès dus au variant Omicron aux TNO.

 

Les conséquences graves sont définies comme une hospitalisation, une admission aux soins intensifs ou le décès. Les cas sont comptabilisés dans les conséquences graves une seule fois, même s’il y a une combinaison de ces trois éléments (hospitalisation, admission aux soins intensifs ou décès).

Conclusions

Le risque de conséquences graves de la COVID-19 aux TNO augmente en fonction de l’âge (plus élevé chez les personnes âgées), comme dans d’autres administrations au Canada et à l’étranger. Les résidents de la région des Tłı̨chǫ, du Sahtu et de Yellowknife avaient un taux plus élevé de conséquences graves par rapport aux résidents des autres régions des TNO pendant la vague où le variant Delta était prédominant. Pendant la vague où le variant Omicron était prédominant, la plupart des régions des TNO ont affiché des taux semblables de conséquences graves. D’après les données disponibles, les vaccins ont fourni une forte protection contre les conséquences graves pendant la vague où le variant Delta était prédominant. Selon les données nationales et internationales, il existe des preuves solides que deux doses de vaccin offrent une protection contre l’hospitalisation; mais avec l’affaiblissement de l’immunité après un intervalle de six mois depuis l’administration de la dernière dose, une vaccination à jour et une dose de rappel viennent maximiser la protection.

Mention de la source

Tous les commentaires sont attribuables à la Dre Kami Kandola, administratrice en chef de la santé publique des Territoires du Nord-Ouest.

Personne-ressource pour les médias

Richard Makohoniuk
Gestionnaire des communications liées à la COVID-19
Secrétariat de coordination pour la COVID-19
Ministère de la Santé et des Services sociaux
Gouvernement des Territoires du Nord-Ouest
richard_makohoniuk@gov.nt.ca