La ligne antitabac des TNO

Témoignages pour Devine qui a cessé de fumer?

Benoît Boutin (Yellowknife)

Êtes-vous toujours non-fumeuse?

Oui

Si oui, depuis combien de temps?

Je n’ai pas touché à une cigarette depuis le 3 avril 2008, à 15 h, derrière la tour Lahm Ridge!

Comment vous sentez-vous par rapport au fait d’avoir arrêté de fumer toutes ces années plus tard?

Je me sens en meilleure santé, bien sûr. Mon médecin me demande chaque année, lors de mon examen médical, si je suis toujours non-fumeur. C’est la première question qu’il me pose. Et quand il entend ma réponse, il sourit et dit : « Continuez! »

Je n’ai jamais l’impression de vouloir une cigarette sauf en rêve, une fois par an environ. Je suis tout de même tolérant par rapport aux autres fumeurs. Je sais combien c’est dur d’arrêter. Je garde un cendrier à l’extérieur pour mes invités, mais je ne leur permets plus de fumer dans ma maison. 

A-t-il été difficile de rester non-fumeur? Quels ont été vos principaux défis?

Les trois ou quatre premiers mois ont été les plus difficiles. C’est une dépendance, comme l’alcool et le jeu, qui peut être très difficile à arrêter. L’influence des autres fumeurs autour de vous est une grande tentation. Vous devez vous faire confiance et croire fermement que vous pouvez le faire. L’autodiscipline est importante, tout comme le soutien des autres. Les produits facilitant l’abandon du tabac, comme les médicaments, peuvent aussi être très utiles. Mais au bout du compte, c’est à vous de faire cette coupure avec le tabac; vous devez donc vraiment le vouloir.

Quelle a été la meilleure chose dans le fait d’arrêter de fumer pour vous?

La meilleure chose à propos de l’abandon du tabac, c’est l’amélioration de ma santé. Je me sens mieux dans l’ensemble de mon corps. Même mon dentiste et mon thérapeute dentaire ont commenté l’amélioration de ma santé dentaire.

De plus, j’avais beaucoup de problèmes avec mes sinus lorsque je prenais l’avion. Je ressentais beaucoup de douleur, ce qui rendait les voyages presque intolérables. Mais ce problème a disparu lorsque j’ai arrêté de fumer. Cela a été un gros changement; maintenant, quand je prends un avion, je n’ai aucun problème.

L’argent n’a pas été un incitatif pour moi, mais je suis content de ne plus gaspiller mon argent dans le tabac. Maintenant, quand je sors quelque part avec des amis, je n’ai pas besoin de m’excuser pour sortir et aller fumer. J’en suis très heureux!

Autre chose?

L’odeur ne m’attire pas. En fait, quand vous allez dans un ascenseur avec quelqu’un qui a fumé, vous réalisez à quel point vous sentiez mauvais quand vous fumiez. Je suis vraiment content de ne plus sentir comme ça.

Fabien Hardisty (Fort Simpson)

Êtes-vous toujours non-fumeur?

Oui, cela fait 15 ans.

Comment vous sentez-vous par rapport au fait d’avoir arrêté de fumer toutes ces années plus tard?

Je me sens bien parce que c’était quelque chose que je voulais vraiment faire pour moi et j’ai réussi! J’ai aussi été une source d’inspiration pour certains de mes amis qui ont réussi à arrêter de fumer et j’en suis fier.

Le tabac crée une forte dépendance. À l’adolescence, je ne fumais qu’un peu de manière sociale. J’étais un fumeur très léger. Mais au fil des ans, c’est devenu une habitude plus forte et je suis devenu dépendant. J’ai alors trouvé très difficile d’arrêter de fumer.

A-t-il été difficile de rester non-fumeur? Quels ont été vos principaux défis?

Au début, il y a un vide que vous devez combler. Il faut trouver quelque chose pour le combler. Au début, je me suis dit que je devrais peut-être céder à l’envie de fumer, mais plus je restais longtemps sans fumer, plus je devenais déterminé. Je n’arrêtais pas de me demander : « Pourquoi ai-je besoin de fumer? Y a-t-il une vraie raison? » Mais j’ai réalisé qu’il n’y avait absolument aucune bonne raison de fumer et cela m’a aidé à respecter mon plan.

Quelle a été la meilleure chose dans le fait d’arrêter de fumer pour vous?

J’économise de l’argent et je suis en bien meilleure santé. Les cigarettes coûtent plus de 20 $ le paquet dans ma collectivité. Je considère l’abandon du tabac comme un bon investissement dans ma vie.

Julie Burke (maintenant Beaver) (Fort Smith)

Êtes-vous toujours non-fumeuse?

Oui

Si oui, depuis combien de temps?

Cela fera 11 ans à la fin de janvier.

Comment vous sentez-vous par rapport au fait d’avoir arrêté de fumer toutes ces années plus tard?

Je me sens vraiment bien par rapport à cela. Je ne me verrais pas fumer maintenant. Cela ne me manque pas du tout.

A-t-il été difficile de rester non-fumeuse? Quels ont été vos principaux défis?

 J’ai d’abord remplacé la cigarette par la nourriture et j’ai dû trouver un moyen de contourner ce problème. J’ai mâché de la gomme pour m’empêcher de manger. J’avais des paquets de gomme partout. Puis je suis passée aux graines de tournesol. Mais j’ai fini par cerner le problème et j’ai réussi à briser cette habitude.

J’ai dû reconnaître les déclencheurs, et le fait qu’une de mes amies fumait était un déclencheur considérable. J’ai dû l’éviter pendant environ trois mois avant de me sentir sûre de moi.

Je dirais qu’il y a eu des moments où j’avais envie de fumer, mais je me suis rendu compte que je réagissais au stress. J’ai réalisé que je fumais pour masquer mon anxiété. J’ai dû trouver d’autres moyens de gérer les choses qui me rendaient stressée ou anxieuse. Par exemple, j’ai commencé à marcher tous les jours, et faire plus d’exercice était un excellent moyen de me détendre. D’autres activités comme le tricot et le perlage m’ont vraiment aidée à rester concentrée et occupée. 

Quelle a été la meilleure chose dans le fait d’arrêter de fumer pour vous?

Le fait de ne pas sentir mauvais a vraiment été un gros plus. Et ma santé, bien sûr.

Autre chose?

Quand j’ai finalement arrêté, ce n’était pas parce que je le voulais. J’avais essayé, puis j’ai été stressée et j’ai recommencé. Par la suite, j’ai eu un mauvais rhume de poitrine et je me sentais trop malade pour fumer; cela me faisait mal. Je me suis dit que c’était peut-être une bonne occasion d’arrêter. J’ai écouté mon corps et je suis allée de l’avant.

Karen et Gary Pirker (Yellowknife)

Êtes-vous toujours non-fumeurs?

Oui, nous sommes toujours tous les deux non-fumeurs.

Si oui, depuis combien de temps?

Cela fait environ neuf ans.

Comment vous sentez-vous par rapport au fait d’avoir arrêté de fumer toutes ces années plus tard?

Incroyablement bien! Nous ne regrettons pas notre décision, et cela ne nous manque pas du tout. L’odeur nous dérange beaucoup tous les deux maintenant.

A-t-il été difficile de rester non-fumeurs? Quels ont été vos principaux défis?

Comme beaucoup de nos amis étaient des fumeurs, il s’est avéré difficile d’être en leur présence. Nous avons transformé notre maison en milieu sans fumée, ce qui nous a vraiment aidés à réduire notre exposition à la fumée.  

Quelle a été la meilleure chose dans le fait d’arrêter de fumer pour vous?

Arrêter de fumer ensemble était la meilleure façon de le faire pour nous. Nous avons pu nous soutenir mutuellement. Nous en étions au stade où nous étions prêts à arrêter de fumer. Nous en avons beaucoup parlé avant et nous nous sommes vraiment préparés pour la journée où nous avions décidé d’arrêter.

Parmi les autres aspects positifs à signaler, nous nous sentons en meilleure forme, nous avons plus d’énergie et notre odorat est redevenu normal. Et ce sentiment d’être étiquetée ou perçue comme faisant partie du clan des fumeurs ne me manque pas.

Autre chose?

C’était ma première tentative d’arrêt du tabac, mais mon mari avait essayé plusieurs fois sans succès.

Nos enfants ont été une force motrice dans notre décision. Ils n’aimaient pas que nous fumions, et aucun d’entre eux n’est devenu fumeur, alors j’espère que nous leur avons donné le bon exemple.

J’encourage toujours les gens à cesser de fumer, mais il faut être prêt. Vous ne pouvez le faire que pour vous-même. Se préparer nécessite d’en parler et d’élaborer un plan solide qui vous aidera à résister aux tentations.

Mary Anne Francey (Inuvik)

Êtes-vous toujours non-fumeuse?

Oui

Si oui, depuis combien de temps?

J’ai arrêté de fumer en 2005, tout juste avant la naissance de mon fils. J’ai arrêté du jour au lendemain.

Comment vous sentez-vous par rapport au fait d’avoir arrêté de fumer toutes ces années plus tard?

J’étais très heureuse d’arrêter de fumer, parce que mon asthme s’était aggravé. Je n’imagine pas à quel point il serait grave si je fumais encore. Ce qu’il y a de mieux est de pouvoir prendre une grande respiration. J’avais oublié ce que c’était quand je fumais.

A-t-il été difficile de rester non-fumeuse? Quels ont été vos principaux défis?

J’ai trouvé cela éprouvant parce que des gens autour de moi fumaient encore. Les cinq premières années ont été un défi à cause de ma vie sociale. C’est tellement plus difficile de rester non-fumeuse quand les autres fument autour de vous. Mais maintenant, je n’en supporte plus l’odeur, je pense aux risques pour la santé et je sais qu’il serait fou de recommencer.

Quelle a été la meilleure chose dans le fait d’arrêter de fumer pour vous?

Mon asthme était vraiment grave. Je ne pouvais pas monter des escaliers sans être essoufflée. Je peux maintenant marcher longtemps et monter les escaliers n’est plus un problème pour moi.

Quelque chose à dire aux autres pour les inspirer?

J’ai dû essayer environ cinq fois avant d’arrêter de fumer pour de bon. Vous devez continuer d’essayer. N’abandonnez pas juste parce que vous n’avez pas réussi la première fois!

Natasha Kulikowski (Inuvik)

Êtes-vous toujours non-fumeuse?

Oui

Si oui, depuis combien de temps?

Le 5 février 2019, cela fera 13 ans! J’ai arrêté le 5 février 2006. Ça représente 4 677 jours sans cigarette à ce jour!

Comment vous sentez-vous par rapport au fait d’avoir arrêté de fumer toutes ces années plus tard?

Je pense que cela a été l’une des meilleures décisions que j’aie jamais prises.

A-t-il été difficile de rester non-fumeuse? Quels ont été vos principaux défis?

Non, quand j’ai finalement décidé d’arrêter, j’étais vraiment prête. J’ai délibérément emménagé dans un appartement que j’ai décidé de rendre non-fumeur; ainsi, il était beaucoup plus difficile d’y fumer une cigarette. J’aurais dû sortir dehors pour fumer, ce qui rendait la chose plus malcommode.

J’ai utilisé le timbre pendant environ trois mois, et cela m’a très bien permis de contrôler mes envies. Je ne me souviens pas d’effets secondaires. Après trois mois, je pouvais aller à une fête où il y avait des fumeurs et ne pas ressentir le besoin d’une cigarette.

Quelle a été la meilleure chose dans le fait d’arrêter de fumer pour vous?

Retrouver ma capacité pulmonaire; pouvoir monter des escaliers sans être essoufflée. Et bien sûr, avoir plus d’argent. J’ai acheté ma première maison deux ans plus tard. Je n’aurais probablement pas pu le faire si je dépensais encore 20 $ par jour en cigarettes.

Quels conseils ou quelles suggestions avez-vous pour les fumeurs qui aimeraient cesser de fumer?

Vous pouvez le faire aussi, un jour à la fois! J’ai inscrit un X sur le calendrier pour chaque jour où je n’avais pas fumé. Cela m’a permis de rester motivée et sur la bonne voie.

Richard « Rick » Snider  (Fort Simpson)

Êtes-vous toujours non-fumeur?

Oui

Si oui, depuis combien de temps?

Cela fait environ 14 ans maintenant. J’ai arrêté en 2004 et je n’ai pas touché à une cigarette depuis.

Comment vous sentez-vous par rapport au fait d’avoir arrêté de fumer toutes ces années plus tard?

J’ai arrêté de fumer parce que j’étais diabétique et que j’avais d’autres problèmes de santé qui ont été aggravés par mon tabagisme. Mon médecin m’a dit que je devais arrêter et je l’ai cru. Comme j’ai de l’expérience dans le corps médical; je savais que le médecin avait raison. C’était la première fois que j’essayais d’arrêter de fumer. J’ai décidé d’arrêter et je l’ai fait. L’important, c’est que vous devez prendre vous-même la décision d’arrêter de fumer et avoir la volonté d’aller jusqu’au bout.

Plus vous faites de tentatives pour arrêter de fumer, plus il est difficile d’y arriver.

A-t-il été difficile de rester non-fumeur? Quels ont été vos principaux défis?

Pendant les deux premières semaines, cela a été vraiment difficile. En fait, vous devez vous occuper à passer le temps en faisant autre chose plutôt que de fumer. Vous devez rester loin des endroits où des gens  fument au moins au début, ainsi que des fêtes et de l’alcool. Autrement, cela vous pousserait à recommencer à fumer rapidement.

Quelle a été la meilleure chose dans le fait d’arrêter de fumer pour vous?

Je respire bien mieux et, en général, ma santé s’est améliorée. Je suis vraiment content de ne plus dépenser 23 $ pour un paquet de cigarettes! Je peux faire autre chose avec mon argent.

Autre chose?

Nous faisons beaucoup de choses pour rester en santé et actifs, comme vérifier les pièges et couper du bois, et nos petits-enfants nous gardent actifs. Mes enfants sont tous partis pour poursuivre leurs études et aucun d’eux ne fume. Ma fille est enseignante ici et je vais à l’école pour parler aux enfants de la façon d’éviter le diabète. Je leur montre ce que cela implique et j’essaie de les décourager de manger trop de sucre.

Shirley Peterson (Fort McPherson)

Êtes-vous toujours non-fumeuse?

Oui

Si oui, depuis combien de temps?

Cela fait environ 15 ans que j’ai arrêté de fumer.

Comment vous sentez-vous par rapport au fait d’avoir arrêté de fumer toutes ces années plus tard?

J’estime que c’est une très grande réussite. Impossible pour moi de revenir en arrière. Comme je travaille dans le domaine de l’éducation, il était important pour moi d’être un modèle pour mes élèves. Je leur ai enseigné les effets du tabac sur la santé. Il faut pouvoir joindre le geste à la parole. Mes élèves savaient que j’avais fait un choix fondé sur la santé.

A-t-il été difficile de rester non-fumeuse? Quels ont été vos principaux défis?

Je n’ai pas eu trop de mal à ne plus fumer. Après la première semaine, je savais que tout irait bien. J’avais pas mal d’amis qui avaient arrêté de fumer et ils m’ont été d’un grand soutien.

C’est tout simplement devenu normal pour moi d’être non-fumeuse. Je peux maintenant être entourée de gens qui fument et cela ne me dérange pas.

Quelle a été la meilleure chose dans le fait d’arrêter de fumer pour vous?

La meilleure chose était d’avoir plus d’énergie pour faire des activités et d’être un exemple positif pour les jeunes.

Autre chose?

Je me suis demandé : « Pourquoi est-ce que je fume? » J’ai pensé à faire le choix de prendre soin de mon corps, à la façon dont cela est lié au fait de communier avec la terre et de manger des aliments traditionnels sains. Ce sont des choix qui vont de pair. De mon côté, j’ai remplacé la dépendance au tabac en passant du temps en pleine nature avec ma mère. Cela a été une étape positive pour moi.